besoin d'uriner

L’oligurie : comprendre ce phénomène de l’insuffisance rénale aiguë

Temps de lecture :3 Minute, 2 Seconde
Note ce post

L’oligurie est une pathologie qui touche le système urinaire et plus particulièrement les reins. Elle se caractérise par une diminution extrêmement importante du volume d’urine émis quotidiennement, inférieur à 400 ml. Elle peut prendre différentes formes et avoir des origines variées. Cet article vous en apprendra davantage sur l’oligurie et ses causes.

Qu’est-ce que l’oligurie ?

L’oligurie ou oliguria est un syndrome qui se définit par une abaissement considérable du volume d’urine produite par jour, généralement en-dessous de 400 ml. Ce terme provient du grec ancien : oligo signifiant peu et uria, uriner. Elle est aussi appelée anurie lorsque la diurèse est nulle.

Le volume normal d’urine excrétée varie selon l’âge et le sexe, en moyenne un homme adulte excrète 1500 ml d’urine par jour, alors qu’une femme en excrète 1200 ml. Une personne qui souffre d’une oligurie produit moins de 400 ml d’urine en 24 heures.

Quelques causes possibles d’oligurie

Il existe plusieurs raisons pouvant expliquer l’apparition d’une oligurie. Parmi celles-ci on retrouve :

  • Une insuffisance rénale aiguë (IRA), qui est une maladie rénale capable de conduire à une production très faible ou inexistante d’urine. Elle est notamment due aux infections bactériennes des reins ou à la prise excessive de certains médicaments.
  • Un blocage des voies urinaires causé par des calculs rénaux ou des tumeurs qui bloquent le passage de l’urine. La stase urinaire qui en résulte endommage les reins et aboutit à un dysfonctionnement.
  • Une insuffisance cardiaque congestive : cette insuffisance permet à la lymphe d’envahir les reins, ce qui entraîne une rétention hydrique et une augmentation du volume sanguin, ce qui inhibe la production d’urine.
Lire :  Douleur dans l'hypochondre gauche : les causes à connaître

Diagnostiquer l’oligurie

Le diagnostic d’oligurie est basé sur la mesure du volume journalier total d’urine excrété. Il est important de savoir que le corps humain peut compenser une perte de liquide par une augmentation de la soif pour maintenir le bon fonctionnement des reins. Cependant, si la perte hydrique est trop forte, il peut en découler divers symptômes, comme une sensation de fatigue, des maux de tête et une confusion.

Pour confirmer le diagnostic d’oligurie, des tests sont nécessaires afin de déterminer l’origine du problème rénal et trouver les traitements adéquats. Ces tests incluent des analyses sanguines et urinaires, des radios de contraste et des examens échographiques pour repérer des anomalies structurelles ou des tumeurs. Enfin, un test de tomodensitométrie (TDM) peut être effectué pour obtenir des images du tractus urinaire.

Traitement de l’oligurie

Le traitement d’une oligurie dépend de sa cause et des symptômes affichés. Dans la majorité des cas, un traitement médicamenteux est recommandé, composé principalement d’antibiotiques, de diurétiques ou de suppléments nutritionnels.

Dans les cas graves, une dialyse est prescrite pour remplacer le filtrage des reins. La dialyse est une procédure qui permet au corps de se débarrasser des toxines accumulées et favorise une réhydratation correcte. Lorsqu’elle est utilisée de manière prolongée, elle peut entraîner une anémie et une insuffisance cardiaque. De plus, une intervention chirurgicale peut être nécessaire dans certains cas.

L’oligurie peut être due à une multitude de causes, allant de l’infection bactérienne aux calculs rénaux. Son diagnostic est basé sur le volume de liquide émis et les symptômes associés. Un traitement médicamenteux peut être nécessaire, et, dans les cas graves, une dialyse ou une intervention chirurgicale peuvent être proposées. Les symptômes doivent être pris au sérieux et un médecin contacté rapidement si ils surviennent.

Lire :  Hypoxie : l'importance de la qualité et des apports en oxygène

Questions – réponses

  1. Qu'est-ce que l'oligurie ?

    L'oligurie est un terme médical désignant un faible débit urinaire, soit moins de 400 à 500 millilitres (mL) d'urine par 24 heures pour un adulte. Les chiffres varient selon le poids pour les enfants et les nourrissons. Chez ces derniers, l'oligurie correspond à un débit inférieur à 1 ml/kilogramme (kg)/heure pour les nourrissons et à un débit inférieur à 0,5 ml/kg/h pour les enfants.

  2. Quelle est la différence entre l'oligurie, l'anurie et la polyurie ?

    Ces termes se rapportent tous à la quantité d'urine produite. L'oligurie correspond à une faible production d'urine, tandis que l'anurie signifie aucune production d'urine. Enfin, la polyurie désigne une production excessive d'urine.

  3. Qui est concerné par l'oligurie ?

    Tout le monde peut être touché par l'oligurie. Cependant, les personnes atteintes de maladies rénales ou présentant une insuffisance rénale aiguë (IRA) sont plus susceptibles de développer une oligurie. Cette dernière est également fréquente chez les personnes sous dialyse ou à l'hôpital, ainsi que chez les personnes âgées.

  4. Quelles sont les causes de l'oligurie ?

    L'oligurie peut être pré-rénale (causée par un problème avant l'arrivée des déchets dans les reins), rénale (causée par un problème dans les reins) ou post-rénale (causée par un problème dans le processus d'élimination des déchets). Les causes pré-rénales incluent le faible volume sanguin (hypovolémie), les maladies cardiaques et pulmonaires, ainsi que les maladies vasculaires rénales. Les causes rénales peuvent être diverses affections rénales, des lésions médicamenteuses ou toxiques, la glomérulonéphrite ou la nécrose tubulaire aiguë. Enfin, les causes post-rénales peuvent inclure des blocages dans les voies urinaires, tels que l'obstruction de la sortie de la vessie ou les calculs urétéraux.

  5. Comment diagnostique-t-on l'oligurie ?

    Le diagnostic de l'oligurie est établi par un examen physique et un historique médical complet, ainsi que des tests tels que des analyses d'urine, des analyses de sang ou des tests d'imagerie tels qu'une échographie du rein ou de la vessie ou un tomodensitogramme.

  6. Comment traite-t-on l'oligurie ?

    Le traitement de l'oligurie dépend de sa cause sous-jacente. Si le faible débit urinaire est causé par un blocage, le traitement consiste à supprimer le blocage afin que l'urine puisse être évacuée normalement. Les infections sont traitées avec des antibiotiques ou des antifongiques, tandis que les lésions

  7. Quand devrais-je consulter un médecin pour l'oligurie ?

    Si vous présentez une diminution soudaine de la production d'urine ainsi que des symptômes tels que des vomissements, une diarrhée, des vertiges ou des étourdissements, il est important de consulter immédiatement un médecin. Si elle n'est pas traitée, l'oligurie peut également entraîner des lésions rénales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

chalazion Post précédent Chalazion : Causes, symptômes et traitement naturel
ergotherapie Prochain post Etudes dans l’ergothérapie : un métier passionnant et stimulant
Total
0
Share