Boutons de chaleur

Boutons de chaleur : comprendre cette affection cutanée

Note ce post
Temps de lecture :4 Minute, 33 Seconde

Les boutons de chaleur sont une affection cutanée fréquente en période estivale. En tant que dermatologues, nous sommes régulièrement consultés à ce sujet. À travers cet article, nous souhaitons vous apporter un éclairage complet sur cette problématique récurrente.

Qu’est-ce qu’un bouton de chaleur ?

Les boutons de chaleur, également appelés miliaires ou prickly heat en anglais, sont de petites vésicules ou ampoules qui apparaissent sur la peau lors de fortes chaleurs. Ils surviennent lorsque les glandes sudoripares, situées sous l’épiderme, sont obstruées par l’accumulation de sueur. Cette obstruction empêche la transpiration de s’évacuer correctement.

Concrètement, de minuscules gouttelettes de sueur sont « piégées » sous la peau, provoquant l’apparition de ces petits boutons. Le terme médical pour désigner cette affection est « miliaria ». Les boutons de chaleur touchent aussi bien les adultes que les nourrissons ou les enfants.

Les différents types de boutons de chaleur

Il existe trois formes principales de boutons de chaleur, qui se distinguent par leur profondeur sous la peau et leur aspect :

– La miliaria crystallina correspond aux boutons de chaleur superficiels. Ce sont de petites vésicules claires et translucides, de 1 à 2 mm de diamètre. Elles sont remplies de sueur.

Lire :  Acné rétentionnelle : Les origines et facteurs déclencheurs

– La miliaria rubra désigne des boutons rouges plus profonds dans le derme. Ils sont souvent plus gênants car ils provoquent des démangeaisons.

– La miliaria profonda est la forme la plus grave. Elle se manifeste par des nodules profonds et douloureux, avec un risque d’infection.

Dans la majorité des cas, ce sont les formes crystallina et rubra qui sont observées.

Origines et facteurs déclenchants

Plusieurs facteurs peuvent provoquer l’apparition de boutons de chaleur :

– Des températures ambiantes élevées, supérieures à 30°C. C’est la raison pour laquelle ces boutons surviennent fréquemment en été.

– Une humidité importante de l’air ambiant qui diminue l’évaporation de la sueur.

– Le port de vêtements trop serrés et de tissus synthétiques qui empêchent la peau de « respirer ».

– La pratique d’une activité physique intense provoquant une transpiration excessive.

– L’usage de crèmes occlusives qui bouchent les pores de la peau.

Les nouveau-nés et nourrissons y sont particulièrement sujets car leur système de thermorégulation est still immature.

Symptômes et zones touchées

Les symptômes des boutons de chaleur sont généralement les suivants :

– De petites vésicules rouges ou blanchâtres qui apparaissent sur la peau.

– Des démangeaisons plus ou moins intenses au niveau des boutons.

– Une sensation de picotements ou de brûlure.

Les zones du corps les plus concernées sont :

– Les plis de la peau (aisselles, aines, coudes, genoux, cou…).

– Le tronc, principalement chez les nourrissons.

– Le visage et le cuir chevelu, notamment chez les nourrissons.

Sur le visage, il existe un risque de surinfection bactérienne accru. La plus grande vigilance est donc de mise chez les jeunes enfants.

Lire :  Quelles peuvent être les causes d'une bosse derrière la tête ?

Prévenir l’apparition des boutons

Pour prévenir et limiter les boutons de chaleur, nous recommandons :

– De porter des vêtements amples et légers, en coton ou en lin.

– D’éviter les tissus synthétiques qui favorisent la transpiration.

– De maintenir une température ambiante fraîche, aux alentours de 25°C, en utilisant ventilateurs et climatisation.

– De prendre des douches fraîches régulièrement pour rafraîchir la peau.

– D’éviter les activités physiques intenses par forte chaleur.

– De laisser la peau respirer en gardant les zones sensibles découvertes quand c’est possible.

Chez les nourrissons, il est conseillé d’éviter de les couvrir trop par temps chaud. Des bodies en coton léger sont recommandés.

Traitements et soulagement

Dans la majorité des cas, les boutons de chaleur disparaissent spontanément en quelques jours sans traitement. Pour soulager les démangeaisons, vous pouvez :

– Appliquer une crème ou lotion apaisante sans parfum.

– Prendre des douches fraîches.

– Éviter de vous gratter, ce qui risquerait d’aggraver les lésions.

– Désinfecter en cas de surinfection (surtout sur le visage des enfants).

Si les symptômes persistent au-delà d’une semaine, il est recommandé de consulter un dermatologue pour s’assurer qu’il ne s’agisse pas d’une autre affection.

Attention particulière chez les bébés

Les bébés et jeunes enfants sont davantage sujets aux boutons de chaleur. En effet, la transpiration est plus difficile à évacuer en raison de l’immaturité de leur système sudoral.

Il convient donc d’être extrêmement vigilant sur la prévention chez les tout-petits : vêtements légers en coton, température ambiante fraîche, hydratation suffisante. Un monitoring régulier est également recommandé pour dépister rapidement tout signe de surinfection.

Lire :  Pityriasis rosé de Gibert : tout savoir

Consulter un médecin en cas de persistance

Bien que bénins dans la majorité des cas, les boutons de chaleur peuvent parfois être le symptôme d’affections plus graves, comme l’eczéma ou l’impétigo.

Nous recommandons de consulter rapidement un dermatologue si les boutons persistent au-delà d’une semaine malgré les mesures d’hygiène et de prévention.

Une consultation médicale s’impose également en cas de fièvre, de nombreux boutons ou de surinfection. Le médecin pourra diagnostiquer précisément le problème et prescrire un traitement adapté si nécessaire.

Chers lecteurs, nous espérons que ces conseils vous permettront de mieux appréhender cette affection désagréable que sont les boutons de chaleur. N’hésitez pas à consulter en cas de doute ou de persistance des symptômes. Prenez bien soin de vous et de vos proches. Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

gland bouton rouge Post précédent Comprendre la tache rouge sur le gland : Perspectives médicales et conseils pratiques
femme qui dors Prochain post La science du sommeil : pourquoi dormir 8 heures est essentiel
Total
0
Share